Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Breton ?or not Breton ?

    « On ne naît pas Breton, on le devient, à l’écoute du vent, du chant des branches, du chant des hommes et de la mer ». Xavier Grall.
    C'est ce que j'ai tenté de faire depuis trente ans que je vis ici...Y réussirai-je un jour?

  • Au BON ABRI, hier jeudi 20Mars avec les poètes "morvanistes"

    Nous avions tous laissé nos activités pré-estivales hier, en fin d'aprés midi, pour aller partager un peu de notre temps sur la commune du Faouët (56) sur le beau territoire, encore sauvage, du Pays du Roi MORVAN.

    Bon Abri 13-03-14 avec Alex, René er Erwan.JPGLes auteurs et auditeurs se sont un peu fait priés, mais le résultat, comme depuis ces 3 ans, ne fut pas décevant. Aprés des textes sur les Arts, ainsi que des emprunts à Max Jacob lu par André Le Ruyet connu pour son humour décoiffant, le ton était donné, la convivialité aussi.

    Animée par Anne-Yvonne PASQUIER, présidente de "Emergences Littéraires et Artistiques" la soirée s'est poursuivie avec une joute trés réussie de "Haïkus", ces petits poèmes japonais microscopiques, véritables cellules poétiques, ne préservant nullement la période actuelle d'élections municipales.

    Enfin le violoncelle de Bernard nous rappela s'il en était encore utile que la musique et la poésie sont indissociables, d'où le nom de l'association...Je n'ai pas pu m'empécher de prendre ma guitare, et un duo improvisé Violoncelle/guitare fut tenté dans l'instant.Bon Abri 13-03-14.JPG Nous décidions de parfaire ce moment.Emmanuelle Lamarre de notre duo CELTAR me pardonnera-t-elle ?

    La Revue parlée ELAÏG n°2 venait de paraitre, elle est disponible sur le site, ou en téléphonant au 02 97 34 34 01.

    Un diner "sous le pouce" mit la touche finale à cette soirée trés réussie.

     

     

     

    ELAÏG n°2.jpgELAÏG n°2 Verso.jpg

  • Premiers salons littéraires, premiers rayons de soleil...

    Deux salons se sont succédés dans la région de Lorient: le salon de Guidel ' Le Printemps des écrivains" dimanche 2 Mars à l'Estran, salle réputée pour sa programmation de concerts jazz de qualité. Et "Le salon de la mouette liseuse" de Rédéné à quelques kilomètres de distance, le dimanche 9 Mars.

    • C'était Jean-qui-pleure et Jean-qui-rit à une semaine d'intervalle, avec des averses non-stop ce premier dimanche du mois de Mars, et un ciel d'une limpidité extrème pour le second. A Guidel ,les auteurs célèbres du cru s'étaient déplacés, je pense notamment à Louis Bertholom, Alexis Gloaguen, Marie-Josée Christien, Gérard Le Gouic, Daniel Cario, Guénane, et j'en passe. J'avais trouvé le moyen de réquisitionner le canapé situé à l'entrée du salon. Yann Lukas m'éructait "t'es pas cape de jouer Jeux Interdits", alors je me suis exécuté. Florence Houssais, auteure de Haïkus, me dira à Rédéné qu'elle parlais à cet instant même de sa soeur disparue qui ressemblait à Brigitte Fosset. Peut-être un signe de l'haut-delà ?

    006[1] salon de Guidel 02-03-14.JPGA Guidel, sous la bannière de Emergences Littéraires et Artistiques

    • Jean-qui-rit, gràce au soleil nourrissier, et des auteurs présents que l'on commence à connaitre. Par exemple le chaleureux Xavier Pierre, qui me renouvela sa déception de ne pas me voir inscrit à son salon de Lanvollon...Aprés discussion, et gràce à sa gentillesse, l'affaire était signée. Mais également Olivier Cousin, Josette David éditrice, Liam Fauchard, toujours Gérard Le Gouic qui est partout. Mon ami Georges Point, et Michel Philippo voisin d'une journée. Toujours cette même proximité, et cette passion partagée de la Plume.

       015[2] salon de Rédéné 09-03-14.JPGA Rédéné au Salon de la Mouette liseuse

    Les beaux jours commençant, je prends ma guitare (celle que je réserve pour les salons, et qui ne craint pas de rester là à m'attendre) mets quelques recueils dans ce sac réservé à cet effet, parce que un peu plus solide que les autres, et je m'en vais discuter de cette nouvelle activité qui me fait vibrer, un rêve de gosse qui a répondu il y a quelques années à la terrible question d'un banal accident; "que faire avec un coude cassé si le musicien que je suis ne retrouve pas l'usage de son bras ?". Un cadeau de la vie qui m'a rendu la musique, et donné la plume.