Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • les libraires musicaux quittent le navire...

    canstock0545716.jpgC'est le cri de douleur d'un musicien désespéré.

    Je me suis rendu chez Madrel Musique à Nice, 29 rue Lépante, libraire et musicien sur la Cote d'Azur depuis plus de 30 ans. J'avais bien connu Pierre Madrel, père lors de mes dernières années de conservatoire, et savais que la boutique avait été reprise par son fils qui secondait déjà "Papa" depuis longtemps.

    Une petite angoisse m'envahit en m'approchant de ce lieu mythique, "hanté" par mon adolescence. Les partitions d'occasion de piano, violon ou opéra trônaient dehors, la vitrine vieillie n'avait pas changé pour mon plus grand soulagement.

    A l'intérieur le rayon" guitare" n'avait pas changé de place, les partitions usées cotoyant les méthodes neuves. Certaines versions de transcriptions semblaient même m'avoir attendu, comme si, feuilletant le stock il y a vingt cinq ans, j'avais laissé le papier scrupuleusement à cette place.

    Vue Magasin MADREL [1].JPG

    Le discours de Monsieur François Madrel-Fils ne me rassura pas pour autant. Le métier devenait de plus en plus difficile, et la vente de collection papier incertaine pour l'avenir. Sa femme travaillait avec lui, pour un salaire à partager à deux. Finie la grande époque des versions multiples conjuguées en variations infinies, et les libraires musicaux aussi talentueux que les musiciens eux mêmes qui pouvaient analyser votre partition, vous donner les clés musicales d'interprétation et parler avec vous d'égal à égal.

    François Madrel me confia que le métier était perdu, et qu'un de ses collègues parisiens la Librairie Pugno ancienne d'un siècle bradait son stock. Un désastre pour le bibliophile que je suis. On préfère aujourd'hui les versions pdf trouvées gratuitement sur internet comportant fautes et fantaisies les plus absurdes.

    Les musiciens ont baissé les bras devant le manque de motivations de générations "plastiques". Un musicien se faisait - et pour moi, se fait toujours- en comparant partitions et versions audio, afin de synthétiser les savoirs de diverses sources, tel un chercheur. On ne veut plus perdre du temps, la partition est trouvée sans débourser un centime d'euros, prête à être consommée (j'ai plutôt envie de dire consumée).

    Messieurs Pugno et Madrel, ne baissez pas les bras, le métier vous appelle. Comme les compagnons du Moyen Age, le geste reste essentiel, la savoir faire doit triompher, la qualité aussi...

    Collègues musiciens, professeurs, continuez à chercher le matériel les partitions qui feront de vous des chercheurs expérimentés, des curieux de la musique, et surtout des individus responsables. Ne vous laissez pas tenter par la facilité d'un matériel pédagogique "surgelé" prêt à l'emploi.

     

    Madrel Musique, 29 rue Lépante 06000 Nice

    Tel 04 93 85 15 50

     francoismadrel@orange.fr

     

    Réponse de François MADREL

    Cher Monsieur Vitiello,

     Nous sommes heureux de vous voir partager notre crainte pour notre métier.

    Votre texte est très juste, et nous tenons à vous en remercier (...)

    Espérons que beaucoup de personnes concernées le liront.

     Cordialement,

     François et Ester Madrel.

    Madrel Musique

    29, Rue de Lepante

    06000 Nice

    France

    Tél: 04.93.85.15.50 begin_of_the_skype_highlighting GRATUIT 04.93.85.15.50 end_of_the_skype_highlighting

    Fax: 04.93.62.58.33

    francoismadrel@orange.fr

    SIRET :450595939

     

     

     

     

    Bonjour Frédéric, je me serais bien laissé aller au lyrisme ...il y a que j'entrais chez Pugno avec
    cette délicieuse impression de descendre d'un cran
    dans les strates du passé, et que les grosses et
    belles (! ?) reliures d'opéras me tentaient, j'aurais
    voulu trouvé une lettre oubliée, une page solfiée inédite,au moins une dédidace, mais face à la Seine
    l'échoppe est si étroite qu'il est difficile de choisir au
    hasard...C'est là que je commandais mon papiert à
    copier, c'est là que le rêve XIXème se refermait sur
    moi, chaque client me paraissait hanté par la création
    musicale, bref je limitais les dégâts, essayant pourtant
    de comprendre pouquoi Pugno avait un concurrent
    presqu'identique de l'autre côté du boulevard toujours
    le long du quai, qui lui, vendait les éditions tchèques
    Suprafon pour quelques francs. Je commençais alors
    le piano, j'en ai acheté pas mal..
    J'ai aussi trouvé de vieilles pages démodées dans la
     caisse en bois devant chez Madrel à Nice,mais ces dernières années, lorsqu'on entrait pour payer, on
    sentait que le coeur n'y était plus.....
    Pourtant messieurs , où irons-nous si vous fermez
    boutique, qu'allons nous respirer, si vous appartenez
    d'ores et déjà au passé?
     
                                                                                     Pierre MIRONER, poète et musicien

     

  • PUBLICATION 2013

    PUBLICATION 2013

    Un poème "contemporain" est en chantier actuellement aux Editions KUTKHA et confié aux bons soins de la plasticienne Violaine FAYOLLE.

    Un projet qui pourrait faire l'objet d'un concert lecture l'an prochain.

    A suivre sur ce même Blog.

    logo.jpg

  • Nouveaux Haïkus de la NATIVITE ( merci à Pïerre MIRONER pour son écoute):

    Nouveaux Haïkus de la NATIVITE ( merci à Pierre MIRONER pour son écoute):

     

     

     

     NEWS HAÏcoucou PDF.pdf

    neige janvier 2010 044.jpg 

     La belle blanche

     

     

    neige janvier 2010 022.jpgInstants de cristal

     

     

    neige janvier 2010 048.jpg

                                                                                                                 Le village s'est endormi