Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

RENCONTRE POETICO-MUSICALE AVEC MICHEL CAND

Le Télégramme du 2 Novembre 2012

"C'est une bien jolie galerie de portraits de poètes que Frédéric Vitiello a installée, mercredi, rue Savary, dans la librairie Livre Isole de Françoise Bouric.

Sombres ou drôles, abordant les thèmes universels de la poésie ou se lançant dans des diatribes politiques plus étonnantes, accompagnés de musiciens très différents, sobres ou dans la mise en scène, les rythmes donnés aux mots et la teneur des propos ont montré l'amplitude que peut prendre l'exercice selon la personnalité de l'auteur. Musicien classique, compositeur et auteur, lui-même, Frédéric Vitiello proposait pour la première fois ces lectures publiques qu'il aimerait voir plus fréquentes.

Changer l'image de la poésie par des lectures

L'image un peu figée de la poésie élitiste, que certains pensent ennuyeuse, pourrait effectivement en être modifiée si elle était rendue plus accessible dans la vie culturelle locale qui, jusqu'ici ne met la poésie à l'honneur qu'une fois par an, lors du Festival de la parole poétique de Moëlan. C'est d'ailleurs lors d'une rencontre entre Frédéric Vitiello et Michel Cand, à l'occasion de ce festival que l'idée de ces lectures est née.

La musique pour porter les textes

Autour des poèmes courts et percutants de Michel Cand, on a donc entendu parler d'amour, de distilleries, de voyages, de la côte bretonne, bien sûr, de révolte sociale, de limites du cerveau, de soldats d'Empire, de chien caressé,etc. Des thèmes qui constituent les mondes de ces auteurs qui ont souvent recours à la musique pour porter leurs textes. Classique pour Michel Cand, traditionnel pour le Guidélois Patrice Péron, musique du discours oral pour Pierre Mironer qui passe de ses lectures à des explications, sans pause, comme s'il s'agissait d'une seule et même parole."

 

Commentaires

  • Dans le sillage de Fredéric Vitiello, que de progression, d'éveils, de tours du
    monde au sein de notre région,
    et à l'heure de la réflexion, de nouvelles dates, nouveaux projets, programmes,
    comme si les idéaux étaient remis à neuf,
    comme si rien ne pouvait empêcher la voix et l'instrument de chanter, la poésie
    de toucher.

  • Merci Pierre pour ta vision toujours fine des mouvements de notre monde. Heureux d'avoir pu ce matin te compter parmi nos premiers spectateurs, et premier conseiller d'un Art de dire et vivre nos textes. Reste longtemps ici, en Bretagne. Nous avons besoin de tes lumières.

Les commentaires sont fermés.